NE ero fiera per la brevità…..

“Châteaux de sable” ©pilar pilastro 2015, 150 x 100 cm

Carnet de voyage :
Effectivement tu es en retard sur la vie:
La vie inexprimable
La seule enfin qui compte à laquelle tu acceptes de t’unir.
…..

tutto diventa inafferrabile in questa frase splendida 😉 sciolta la frontiera del tempo…..avanti

MM memory
Sapevo che comunque in quel punto di vuoto non ero mai stata prima. E mi piacque: Quel mattino (22-2-16) io scivolai dentro ad un vortice magico, Era la nuova dimora …. una rivelazione: Una coincidenza con qualcosa di immenso. Ne ero fiera per la brevità dell’incontro. Per il suo spessore.
#pilastroDESERTJOURNAL.
Le plaisir n’est pas négligeable, à l’égal de celui d’écrire, de montrer les signes du temps d’hier et d’aujourd’hui
en écrivant “s p l e n d o r s”.
(montrer ce que l’art donne à voir et ce que les mots donnent à entendre….donner aussi les moyens de sa liberté…)


Découvrir cet endroit-là m’avait fait faire un pas dans un domaine inexploré, nouveau, riche, enthousiasmant, joyeux, bouleversant au fond, qui a changé mon rapport aux gens, mon rapport au monde
2015
29 couchers de soleil
….
L’interpénétration du visuel et du sonore, si l’on est consciencieusement attentif à ce qui se passe, fait de notre expérience artistique une expérience de vie dans laquelle temps et espace infiniment liés nous emmènent dans une immédiate présence, la nôtre, dans ce déroulement de l’infinitude que nous habitons : l’expérience devient méditative.